Les Herbes Vagabondes à Ploëzal

Magaly Salza et Julien Herlem, Les Herbes vagabondes

Magaly Salza est une amoureuse de la nature. Avec son compagnon Julien Herlem, cette ancienne éducatrice à l’environnement a créé Les Herbes Vagabondes.
Non loin du château de La Roche-Jagu, le couple bichonne les plantes aromatiques et médicinales de son jardin et des alentours afin d’en extraire tous les bienfaits. 
Derrière leur soixantaine de créations culinaires et cosmétiques, se cachent des heures de travail passionné, et le goût des chemins buissonniers.

A deux pas de la Roche-Jagu, un autre jardin pour réveiller vos sens

Tous les vendredis de l’été, Magaly et Julien ont ouvert leur jardin à tous les curieux avides de réveiller leurs sens. J’en ai profité pour aller à leur rencontre et en savoir un peu plus sur qui se cache derrière Les Herbes Vagabondes. Je les remercie d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions !

Lors de la visite, tout est invitation à sentir, toucher, goûter…
La camomille matricaire exhale un délicat parfum de pomme. Au séchoir, Magaly explique comment reconnaître le bruit de papier froissé d’une fleur qui a fini de sécher. On picore quelques cassis, puisque ce sont surtout les vertus anti-inflammatoires de leurs feuilles qui l’intéressent…
Pas de doute, l’âme de l’animatrice nature est là. Cette envie de partage ne l’a jamais quittée.

pétales de rose, herbes vagabondes, trégor
bouillon blanc ou cierge de la vierge marie
sentir une feuille de cassissier

Une vie au tempo de la nature

Pourtant, il y a 5 ans elle décide de changer de voie et de se former en herboristerie.

“J’avais envie de développer une activité encore plus proche de la terre, où je pourrais travailler chez moi”.

Paysanne, cueilleuse et herboriste, elle adore la créativité, la recherche perpétuelle d’équilibre avec la nature, et surtout l’immense diversité des tâches, “aussi foisonnantes que sa chevelure !”

Depuis, son compagnon Julien l’a rejointe dans l’aventure, et la petite famille vit désormais au rythme des saisons, des floraisons et de la météo.

cueillettes des herbes vagabondes, Ploezal, Bretagne
récolte de calendula, herbes vagabondes, Trégor

De mars à octobre, chaque plante est ramassée à la main selon un calendrier très précis. 

“Ca demande une grosse organisation. Tu es dépendant du temps, car tu ne peux pas cueillir quand il pleut par exemple… Et on est sur des temps de cueillette courts : si tu rates une floraison, il faut attendre l’année suivante ! Et il faut aussi jongler avec la place disponible au séchoir !”

Équipés de leurs paniers conçus sur mesure par des amis vanniers, ils arpentent leur terrain mais aussi les chemins de traverse du Trégor et du Goëlo pour glaner certaines plantes autochtones. Quasiment un tiers de leur récolte est issu de cette cueillette sauvage. La plupart sont récoltées à 5 kilomètres à la ronde, mais pour certaines espèces il est nécessaire d’élargir le rayon à une trentaine de kilomètres.

“Chaque année on a du mal à trouver de l’aubépine : il y en a beaucoup pourtant, mais presque toujours sur des talus traités. Heureusement on a notre réseau de copains agriculteurs bio, on va jusqu’à Ploumilliau, Tréduder… Il y a aussi des plantes qui se trouvent dans des milieux naturels spécifiques, comme la bruyère callune ou la reine des prés.”

Au total, ils s’approvisionnent sur plus de 20 sites différents, dénichés au fil de leurs balades,  et du bouche-à-oreille sur les marchés.

Paysans, Magaly et Julien cultivent un jardin des équilibres avec la nature

jardin aromatique des herbes vagabondes

C’est en autodidactes qu’ils ont démarré la culture de leur parcelle. 
Ils ont défriché le terrain à la main, pour installer leurs premières bandes d’aromatiques, intercalées de bandes enherbées. Au fil des années, ils expérimentent diverses techniques, inspirées de la permaculture et de la biodynamie.

coucou de rennes

“Pour certaines plantes comme le thym, le romarin, la sauge, nous pratiquons une méthode de culture sur butte. Comme elles ont des besoins hydriques faibles, on les met au sommet de la butte, et au pied on installe les plantes plus gourmandes en eau. Les abeilles de nos ruches profitent de la variété de fleurs à butiner, et nous aident à les féconder. En contrepartie, elles nous fournissent miel et propolis. Les poules, des Coucou de Rennes, ne font pas que nous donner des oeufs. Elles se régalent des escargots, des limaces et des restes de désherbage.”

Herboriste, Magaly jongle avec les odeurs, saveurs et propriétés de ses plantes aromatiques et médicinales

Nous continuons la visite au séchoir, fabriqué sur mesure par Julien, charpentier de formation. Les récoltes y sont délicatement entreposées sur des claies pour quelques jours. L’exercice n’est pas aussi facile qu’il y paraît : il faut des conditions d’humidité et de température maîtrisées, et il n’est pas rare d’avoir des ratés. 

Certaines plantes aromatiques ou médicinales peuvent aussi être utilisées fraîches, comme le sureau, ou mises à macérer après avoir été préfanées, c’est-à-dire qu’on les laisse faner le temps qu’elles perdent leur trop-plein d’eau.

séchoir des herbes vagabondes, Ploezal, Bretagne
séchages de mauves et camomille, herbes vagabondes
récolte de mauves séchées, herbes vagabondes
l'installation des claies au séchoir, herbes vagabondes

Réveiller les papilles avec le goût des fleurs

Vient ensuite le temps de travailler cette délicate matière première pour confectionner baumes, tisanes, sirops et vinaigres aromatisés. 

“Quand j’imagine mes assemblages culinaires, c’est beaucoup de tâtonnements. Je suis très attachée aux bienfaits des plantes, mais je travaille aussi énormément sur le visuel et le goût. A partir de 2 ou 3 plantes principales, j’ajoute ensuite par petites touches des éléments pour apporter couleurs et saveurs à mes créations.”

Cette subtile profusion de plantes et de fleurs, c’est bien là la signature de Magaly !

“Chaque producteur a sa propre signature. Moi par exemple je mets beaucoup de plantes et de fleurs dans mes mélanges, c’est comme ça qu’on reconnaît mes tisanes. Mais j’ai des collègues qui eux ne travaillent qu’avec 3 plantes par mélange, ou 5…On crée chacun selon notre propre sensibilité.”

A la manière d’un chef dont l’art est d’assembler saveurs et textures, elle jongle ainsi avec les odeurs, le goût et les vertus curatives de ses précieuses plantes.

mélange d'herbes vagabondes pour tisane
Les sirops des Herbes Vagabondes

La visite se termine avec un rafraîchissement à base de sirop de plantes : je choisis lavande camomille. Le mélange est très agréable, subtil.
Je repars aussi avec un vinaigre à l’ail des ours. Plante emblématique du printemps ici en Bretagne, j’ai pris un plaisir quasiment régressif à le mélanger à un fromage blanc pour faire une sauce apéritif. 

Une façon d’inviter une gastronomie sauvage et délicate à table, sans prise de tête !

Il est possible de retrouver les baumes, tisanes, sirops et autres préparations des Herbes Vagabondes sur divers lieux du Trégor-Goëlo :
liste des points de vente

Le Trégor-Goëlo vu par Magaly

Arrivée en Bretagne pour ses études, Magaly vit en Trégor-Goëlo depuis une quinzaine d’années.

Magaly, si tu devais résumer le Trégor-Goëlo en trois mots, lesquels choisirais-tu ?

  1. La diversité des paysages : c’est vraiment exceptionnel ici. Le pays est marqué par les rivières, les estuaires, les îles… Le granit se décline dans toutes les couleurs, du rouge à Bréhat en passant par le gris sur l’Ile Grande ou le rose sur la côte de granit rose. L’intérieur est aussi très riche, avec ses forêts, ses chaos. On a vraiment une chance incroyable !
  2. les rivières : ici on sent que toute la vie est marquée par les rivières. Selon de quel côté du pont on est ce n’est pas la même chose, pareil si tu es dans la vallée, en fond d’estuaire ou sur le littoral, c’est différent.
  3. Tout particulièrement dans le Trégor, il y a une vraie authenticité des gens, une identité. Mais en même temps c’est une vraie terre d’accueil, avec beaucoup de gens venus d’ailleurs mais jamais repartis. Pas forcément pour le climat, mais pour la vie culturelle, la bio aussi, les petits producteurs. Les gens trouvent ici un véritable engagement pour l’environnement.

Quand tu reçois des amis qui ne sont pas de la région, quel est pour toi l’endroit où il faut absolument les amener ?

Quand j’habitais Paimpol, j’aimais beaucoup les amener au port de Loguivy de la Mer, parce que c’est tellement beau, et j’adore l’ambiance. Ici bien sûr il y a aussi le château de la Roche-Jagu, un incontournable !

Et as-tu des petits coins secrets, une balade intimiste que tu souhaiterais partager ?

Mes enfants me réclament souvent d’aller à la petite plage du Royau, à Trévou-Tréguignec. 
J’aime aussi beaucoup aller me promener le long du Trieux au Moulin Quintin, à Saint Clet. Il y a des départs de randonnée, plusieurs moulins à passer, on chemine entre sous-bois et clairières. C’est assez joli et paisible !

Informations pratiques

Les Herbes Vagabondes
Magaly Salza et Julien Herlem
www.lesherbesvagabondes.fr
3 Ty Benoît – 22260 PLOEZAL
06 95 77 94 25

Fermer le menu